Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril Nouveau stage (14-18 ans) : création musicale : composition, MAO, enregistrement - du 22 au 25 avril
Actualités
Retour
Amateur·rices

Enchantée Julia et Oscar Emch : ouvrir les voix de la soul

Le 22 novembre 2023 — par Louise Plessier

Les 25, 26 et 27 octobre dernier, les artistes Enchantée Julia et Oscar Emch ont établi leurs quartiers à Trempo pour animer un Boot Camp dédié aux musiques néo soul, R&B et gospel. Durant trois jours, la douzaine de stagiaires et leurs mentor·es ont exploré le travail de la voix d’une scène en plein renouveau.

Issu·es de la nouvelle scène française, Enchantée Julia et Oscar Emch puisent leur inspiration parmi les  grands noms de la scène afro-américaine des années 1990 (Erykah Badu, D’Angelo…) pour proposer un R&B hybride et contemporain. Pour la deuxième année consécutive, les deux artistes ont été invité·es par Trempo à piloter ce stage de création musicale collective à destination des chanteurs et chanteuses amateur·rices.

Des profils complémentaires

Habitué·es à collaborer sur des productions, Oscar et Julia ont été ravi·es de mener ce projet ensemble. « Sans savoir que Oscar avait été contacté par Trempo, j’ai pensé à lui immédiatement. C’est un pédagogue inné ! Il a le bagage du producteur, compositeur et moi je suis avant tout chanteuse donc on se complète bien » raconte Julia. Pour Oscar, « c’est une manière d’offrir une formation à des artistes qui ne sont pas encore professionnalisé·es, qui n’ont pas encore bénéficié des dispositifs qui existent en musiques actuelles».

«Pour nous, c’était assez inédit, on venait en notre qualité d’artiste solo pour parler de notre musique, comment on la produit, comment on la compose.».

Les artistes apprécient la transmission via le partage d’expériences. Enseignant au conservatoire dans une ancienne vie, Oscar trouvait cela moins épanouissant : « je trouvais ça trop loin de ma pratique musicale. Durant le Boot Camp, j’ai pu renouer autrement avec l’enseignement ». Le contenu du programme s’est fait sur mesure « en se basant sur nos connaissances : le chant, l’échauffement vocal, les harmonies, la jam, l’entourage professionnel, la composition et la production d’un morceau.» explique Julia.

Associé·es à l’initiative dès la sélection des candidat·es, Oscar et Julia repèrent des profils très différents : « il y a des chanteurs et chanteuses avec des voix incroyables, on était bluffé, mais nous savions qu’il y avait un peu de travail à faire sur la direction artistique. À l’inverse, d’autres avaient plus de difficulté à maîtriser leur voix mais affirmaient déjà un style, une originalité, un univers assez marqué. On a sélectionné un mix des deux » retrace Oscar.

Une transmission axée sur la pratique et l’échange

Pour apprendre, il faut pratiquer. Les trois jours du Boot Camp sont principalement dédiés à la pratique vocale. « Dès la première journée, on leur propose une jam. Au début, tout le monde est un peu gêné puis, au fur et à mesure, chacun·e rentre dans la musique et cela crée de beaux moments ».

Julia le souligne, cette étape est indispensable : « après le premier jour de jam, on observe un vrai lâcher prise, c’est essentiel pour la suite du travail ».

Les deux journées suivantes sont consacrées à l’écriture d’un morceau, en petits groupes. « On leur a demandé d’imaginer des textes sur une instrumentation que nous avions préparée. Il fallait mixer les profils, avec des personnes qui chantent très bien et d’autres qui ont plutôt l’habitude de composer. Il était important d’associer différentes façons de travailler». Chaque artiste a même pu se tester en studio d’enregistrement. « Ils et elles sont connecté·es maintenant, tout le monde reste en lien. Certain·es veulent faire de la musique ensemble. C’était très fort émotionnellement et artistiquement ».

Un partage réciproque

Avec lui, Oscar a emporté les fichiers qui ont servi à composer les morceaux de Julia : « j’ai produit plusieurs morceaux pour Julia, donc j’ai tous les projets sur mon ordinateur. Je peux ainsi  leur montrer toute notre méthodologie de travail : enregistrements, traitement… tout en leur racontant comment ça s’est passé ». Les mentor·es donnent… et reçoivent : « c’est une expérience humaine mais aussi artistique. On rencontre des talents, des stagiaires nous ont surpris·es. C’est très enrichissant pour nous et c’est beaucoup d’émotions » témoigne Julia.

Oscar en retire de l’assurance : « se dire que l’on est capable de transmettre, ça nous donne confiance. Nos expériences parlent aux autres. On se rend compte de la valeur de tout ce que nous avons appris et de ce qu’on peut transmettre, ça aide à se sentir légitime ».

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Trempo (@_trempo)

Un nouvel essor pour le R&B en France

Encore précurseur·ses de cette nouvelle scène, Julia et Oscar font partie des quelques noms que l’on voit émerger : « depuis quatre ou cinq ans, il y a de plus en plus d’artistes R&B sur la scène française. La visibilité est encore limitée mais elle augmente. Avec Oscar, nous avons la même culture musicale : soul, néo soul… J’ai aussi écouté beaucoup de rap et de chanson française. Aujourd’hui ma musique est hybride : entre la chanson française et des sons qui groovent très chaleureux, qui font référence au R&B des années 1990/2000 tout en étant très contemporain ».

« Il y a quelques artistes comme Bonnie Banane qui ont initié ce mouvement là. C’est arrivé à une période où j’avais besoin de trouver des exemples et je peinais à en trouver ! » se souvient Oscar.

« Cela m’a aidé à me lancer, à continuer d’écrire mes textes en français et à aller vers le R&B tel qu’on l’entend aujourd’hui. Ça m’a permis de rencontrer Julia mais aussi Luidji, Prince Waly… Nous avons créé une scène avec des artistes qui coopèrent, s’entraident et qui ont à cœur de faire une musique qui va dans le même sens, tout en gardant les spécificités de chacun·e ».

Table rase sur les clichés de genre

Si le R&B est majoritairement associé aux artistes féminines dans les années 1990 et 2000, la tendance change et Julia met un point d’honneur à le dire. « Il y a une grande émergence d’artistes masculins. Ce n’est plus du tout une musique qui a trait aux femmes plus qu’aux hommes. Nous avons autant d’auditeurs que d’auditrices. Comme l’indique Rhoda Tchokokam dans son ouvrage Sensibles – Une histoire du R&B français, on peut vraiment rayer les clichés de genres assimilés à ce style ».

Oscar y voit un reflet de l’évolution des sociétés : « les symboles associés à cette esthétique musicale évoluent en même temps que les stéréotypes de genre et cela amène plus de mixité. Avant, le R&B était associé à des valeurs féminines et sexualisées. Aujourd’hui, de moins en moins d’hommes se sentent obligés d’adopter des codes dits « masculins ». Certains se permettent d’aller vers ce style qui était auparavant assez cloisonné ».

Un avenir radieux pour un style en pleine mutation

« Il y a une méconnaissance du R&B » constate Julia « ou en tout cas des connaissances datées ». Oscar y voit une chance : « c’est un style galvaudé et mal connu donc il attire des personnes qui aiment faire de la musique, on se rend compte que c’est très riche ».

Après un passage à vide dans les années 2010, des artistes émergent depuis 2020. Pour Julia « ce sont les jeunes comme Tiakola qui vont faire exploser cette musique.».

«Dans ce Boot Camp il y avait beaucoup de très jeunes, de 17 à 19 ans qui ont un boulevard devant eux. Avec toutes les plateformes que l’on n’avait pas à l’époque, et leur curiosité, ils et elles vont changer le game ! ».

De leur côté, Enchantée Julia et Oscar Emch travaillent sur leurs premiers albums respectifs pour le début de l’année prochaine. En parallèle, et pour ne pas déroger à la spécificité de leur scène, des collaborations avec Prince Waly ou encore Lossapardo, sont en cours avec des sorties prévues très prochainement.

Textes : Louise Plessier · Photo : Chama Chereau

Les Boot Camps sont des stages de création musicale organisés par trempo à destination des musicien·nes amateur·rices, et animés par des artistes reconnu·es. Prochains Boot Camps : 

  • Boot Camp avec Simo Cell
    Les 6, 7 et 8 mars 2024
    Musique électroniques. Tout publics (France)
  • Boot Camp avec Beats By Girlz
    Les 22, 23 et 24 avril 2024
    Production musicale sur ordinateur (tout styles). Réservé aux femmes et minorités de genre. (Pays de la Loire)
  • Summer Camp
    Juillet 2024
    Rap. Réservé aux femmes et minorités de genre. (France)

Plus d’informations

Vous souhaitez être tenu·e au courant des appels à candidatures pour les Boot Camps ? Inscrivez-vous à la newsletter musicien·nes.

Contact : 

Pauline Malaterre
Chargée des actions culturelles
pauline@trempo.com